Expo : Incarnations

Une exposition présentée par l’Institut Confucius des Pays de la Loire d’Angers, avec les artistes Liu Bolin, Zhu Ming, Li Wei, Cang Xin, Hei Yue, RongRong & inri, Zhang Dali, Wang Ningde. Du 3 octobre au 27 novembre 2013 – Grand Théâtre d’Angers

L’Institut Confucius des Pays de la Loire d’Angers présente l’exposition collective INCARNARTIONS au Grand Théâtre d’Angers du 3 octobre au 27 novembre 2013.
INCARNATIONS ou la rencontre avec une scène artistique chinoise intrigante et complexe, audacieuse voire subversive, au fil d’une sélection d’oeuvres d’artistes contemporains qui, depuis deux générations, explorent les possibilités de la performance et de la photographie : Liu Bolin, Zhu Ming, Li Wei, Cang Xin, Hei Yue, Rongrong & inri, Zhang Dali, Wang Ningde.

L’incarnation est la représentation concrète d’une idée ou d’une notion abstraite. La Chine a connu en trois décennies des mutations profondes – sinon violentes – tant sur le plan économique que social, une urbanisation exubérante avec ses conséquences architecturales (destruction de quartiers traditionnels) et environnementales (pollution, gestion des déchets). Sans susciter de passerelles trop évidentes voire simplistes, la portée sociopolitique et militante des oeuvres présentées est manifeste : la mise en scène construite et scénarisée du corps révèle le projet artistique et la démarche militante.

Zhu Ming, Cang Xin, RongRong & inri, représentants de la génération d’artistes performeurs issus de l’expérience communautaire de l’East Village de Pékin, révèlent une critique franche mais subtile du pouvoir à travers des actions artistiques emplies de symbolisme, de métaphore et de poésie. Ces artistes conçoivent la performance comme une pratique rituelle où les éléments naturels tels que la terre, l’eau, l’air et le feu jouent un rôle primordial.

Liu Bolin, Li Wei et Hei Yue poussent cette tradition engagée de la photo-performance chinoise contemporaine plus loin, jusqu’à utiliser leurs propres corps comme outils de langage et d’expression directe. Liu Bolin, dans ses célèbres images de la série « Hiding in the City », met en scène l’effacement, le camouflage de sa silhouette et de son identité dans des lieux chargés de sens. Révélé au grand public en France avec l’exposition de La Villette en 2012, l’artiste Li Wei, dans la série « High Place », est poussé du haut d’un gratte-ciel, geste symbolique de la course effrénée à la réussite économique et sociale. Hei Yue, dans la série « …123… », détourne avec impertinence et provocation les symboles de l’autorité et des convenances.

Avec la série « Dialogue », Zhang Dali questionne le rapport de l’homme à la ville lorsqu’il grave son profil et tague sa signature AK-47 sur des murs promis à la destruction dans un contexte d’urbanisation frénétique. Les protagonistes de la série « Some Days » de Wang Ningde révèlent une recherche introspective sur la mémoire, l’histoire, l’intime à travers des mises en scène qui touchent au surréalisme.

Une exposition présentée en collaboration avec la galerie Paris-Beijing.
Avec le soutien de la Région des Pays de la Loire et de la Ville d’Angers.
Un programme de visites guidées et conférences sera organisé en marge de l’exposition : plus d’information sur www.confucius-angers.eu


Liu Bolin, Hiding in the City n°36, “Unify the Thought to promote Education more”, 2007 Courtesy Liu Bolin – Galerie Paris Beijing


Hei Yue, …123…, Beijing, 2005 Courtesy Hei Yue / Galerie Paris-Beijing


Li Wei, High Place, 25 Levels of Freedom, 2004 Courtesy Li Wei / Galerie Paris-Beijing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *