Oser l’infrarouge

Jouer avec le spectre lumineux et le modifier avant que l’information n’arrive au capteur de votre appareil permet des effets quasiment impossibles à reproduire, même avec le meilleur des logiciels. Le filtre Infrarouge fait partie de ces filtres à part (tout comme Polarisant), que l’on ne peut émuler. Le résultat est magnifique, irréel et un brin mystérieux, parfait pour des paysages mais aussi pour d’autres types de compositions.

Matériel nécessaire pour l’infrarouge

Un filtre Infrarouge et un trépied, car le temps de pose est relativement long, ou bien, pour raccourcir la durée d’exposition, trouvez un boîtier de peu de valeur dont vous pourrez démonter le filtre protecteur du capteur… il faut être un peu bricoleur ! Travaillez en RAW pour mieux corriger les erreurs d’exposition.

Conseils de prise de vue

Préparez votre composition, réfléchissez au résultat escompté et profitez du moindre rayon de soleil pour obtenir de beaux contrastes. Passez en Manuel et faites votre mise au point avant de positionner le filtre (celui-ci peut perturber l’AF du boîtier), fermez le diaphragme et baissez en conséquence la vitesse ou bien montez en ISO. Tout est possible en Infrarouge, du paysage au portrait, en passant pas l’architecture. C’est un nouveau monde qui s’offre à vous.

Retouche

Le résultat brut sera plutôt rouge ; et il vous faudra alors inverser la couche de rouge et celle de bleu via le Mélangeur de couches. Vous pouvez toujours régler les courbes, recadrer ou ajouter un masque de réglage pour atténuer ou teinter certaines zones comme le ciel, par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *