Expositions photo

Une petite série d’expo photo à voir dans les mois qui viennent.

Qui : Claude Gaspari
Quand : Exposition du 21 novembre 2013 au 25 janvier 2014 – Vernissage jeudi 21 novembre 2013 à partir de 18 heures
Quoi : La Galerie Matignon présente les nouvelles réflexions sur l’apparence de Claude Gaspari avec deux séries de photographies: REFLEXIONS R et REFLEXIONS O.
Dans la première série, le photographe saisit les subtilités des diffractions de la lumière, les effets optiques de la chaleur, des vapeurs ou des poussières déformantes sur les reflets d’immeubles contemporains. L’air est son élément.
La deuxième série jette un regard sur l’eau et l’environnement mouvant qui s’y reflète;. Au-delà des mouvements des ondes, des formes et couleurs qui se composent à sa surface, elle nous donne à voir des paréidolies, sortes d’illusions d’optique qui suggèrent des formes humaines ou animales dans un visuel ambigu.
Dans les deux cas, Claude Gaspari s’amuse à capter l’invisible pour mieux stimuler notre imagination. Ses images sont d’une beauté indéniable et d’une puissance étonnante.
Claude Gaspari (né en 1936 à Paris) a commencé sa carrière comme photographe de presse, puis il s’est spécialisé dans la photographie d’art. Il est rapidement devenu le photographe attitré des plus grands artistes de la seconde moitié du XXe siècle (Mirò, Calder, Giacometti…). De 1984 à 1999, il a été le photographe de la célèbre émission d’art Palette, diffusée sur Arte.
Poussé par ses amis artistes, il expose son travail personnel à partir de la fin des années 80. La recherche de Claude Gaspari porte sur l’apparence et son lien souvent ténu avec la réalité. Il explore les mécanismes de perception et d’interprétation des images. Sa démarche créatrice, plus intuitive et émotive qu’intellectuelle, le pousse à chercher sans relâche la composition formelle et colorimétrique la plus juste possible.
: Galerie Matignon

Qui : Pascal Greco
Quand : du 26 octobre au 24 novembre
Quoi : Photographies issues de mon ouvrage
SEOUL SHANGHAI TOKYO
publié par idpure
: La Ferme de la Chapelle
39 rte de la Chapelle
1212 Grand-Lancy
www.fermedelachapelle.ch

Qui : Gilles Martin
Quand : du 21 au 24 novembre 2013
Quoi : Une cérémonie symbolique
À l’entrée du haras, un faire-part de décès géant (panneau 2,45 X 3 m) annonce l’extinction du gorille, baptisé Kolinga. Derrière, dans la cour gazonnée, apparaissent 130 croix identiques à son effigie, alignées comme dans un cimetière de guerre américain.
Situé dans l’enceinte du haras, le funérarium accueillera le cercueil du gorille en son centre. Lors de la procession, Kolinga sera porté par six personnes en costume noir. Une oraison funèbre sera lue par un enfant devant la tombe du primate. Accompagnement musical : le Requiem KV 626 en ré mineur de Mozart. Les visiteurs pourront consigner une pensée en mémoire du défunt gorille dans un recueil à signatures géant (9 X 3m).
Une exposition-mémorial
Un mémorial accueillera des photographies de gorilles de montagne ainsi que le texte « Mémoires d’un dos argenté ». Ce texte se veut fondateur et très engagé, à l’image de celui rédigé par le chef indien Seattle en 1854. Il retrace la vie de Kolinga à la première personne, depuis sa naissance en 1986, jusqu’à sa mort en 2027. Cette histoire est d’autant plus symbolique que l’animal photographié par Gilles Martin a été réellement tué par des braconniers deux ans après la réalisation de ces images, dans le Parc national des Virunga, au Congo RDC.
Des images pour la conscience

Reporter photographe nature, Gilles Martin est auteur de plusieurs ouvrages aux Éditions La Martinière. À travers son Arche photographique, il a décidé de nous donner des nouvelles de la faune sauvage telle qu’elle va, telle qu’elle s’en va plutôt. Sur les murs du funérarium, une exposition présentera une trentaine de photographies d’autres espèces menacées de disparition et représentatives des différentes classes animales des six continents.
Au-delà de la fable, les mémoires posthumes de Kolinga pourraient en effet s’avérer rapidement d’actualité, puisque le scénario élaboré par Gilles Martin s’appuie sur des données écologiques, biologiques, épidémiologiques et géopolitiques réalistes.
www.arche-photographique.org – www.gilles-martin.com – www.biospher-pictures.com
: Festival International Montier-en-Der

Qui : Eloïse CAPET
Quand : du 24 octobre au 27 novembre 2013
Quoi :
: La galerie Art Sweet Art
45 rue d’Enghien
75010 Paris
Métro Bonne Nouvelle (ligne 8 ou 9)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTENU ILLICITE Vous pouvez à tout moment nous signaler un contenu illicite en envoyant un email ici.