Comprendre la vitesse et synchro flash

Comprendre et intégrer les notions de vitesse et de synchronisation des flashs.

 

Lorsque l’on s’équipe pour la première fois d’un flash, qu’il soit de studio ou cobra, la vitesse et la synchronisation flash sont des notions que l’on se doit impérativement de comprendre. D’une part techniquement, car l’utilisation d’un flash à une influence directe sur les réglages de l’appareil photo, d’autre part artistiquement, car la synchronisation et la vitesse – une fois maitrisée – offrent une multitude de possibilités toutes aussi créatives les unes que les autres ! Découvrons au travers des différentes “règles” et astuces les subtilités cachées derrière ces notions…

VITESSE DE SYNCHRONISATION

Qu’est-ce que la vitesse de synchronisation (ou vitesse de synchro) ? Il s’agit tout simplement de la vitesse maximale à laquelle il est possible d’utiliser un flash, que celui-ci soit un flash cobra ou un flash de studio. Car effectivement, l’utilisation d’un flash à une incidence directe sur un des réglages de votre appareil : la vitesse d’obturation.

Lorsque vous utilisez l’appareil sans flash, la vitesse d’obturation est établie soit par vous même, soit par l’appareil si celui-ci utilise un mode Auto ou priorité Ouverture. Cependant, si vous souhaitez utiliser un flash (monté directement sur le boîtier ou en mode déporté avec un déclencheur à distance), le flash aura une incidence sur la vitesse d’obturation utilisable par l’appareil !

La vitesse d’obturation sera limité par la vitesse de synchronisation maximale proposée par votre appareil. La majeur partie du temps, celle-ci se situe aux alentours de 1/200e de seconde ! Ici, il s’agit d’une réelle contrainte technique à laquelle il faudra se résoudre artistiquement.

Pour comprendre cette contrainte, il faut tout d’abord assimiler le principe de rideaux. Au moment du déclenchement de l’appareil, le rideau vous permettant de voir au travers du viseur se relève puis un premier rideau s’abaisse pour laisser entrer la lumière vers le capteur de l’appareil (afin “d’imprimer” l’image). à la fin de l’exposition, un second rideau fait son apparition pour terminer la pose et clôturer l’exposition. La vitesse d’obturation définit le laps de temps entre ces deux rideaux ! Jusqu’ici, aucun soucis. Cependant, autour des 1/200e de secondes, cette vitesse devient tellement rapide que les rideaux se suivent en créant un balayage le long du capteur, ainsi, à aucun moment le capteur n’est entièrement exposé, la lumière vient alors balayer le capteur pour créer l’image…

C’est ici que l’utilisation d’un flash pose problème : lorsque l’éclair émis par le flash atteint le capteur, celui-ci ne peut pas entièrement l’exposer car les rideaux le recouvre, s’en suit sur l’image une bande noire (ou phénomène de “Banding”).

1-banding

2-banding

 

BANDE NOIRE OU “BANDING”

Comme nous l’avons vu plus tôt, le phénomène de bande noir ou “banding” intervient lorsque la vitesse d’obturation est trop courte pour laisser le flash correctement exposer le capteur.

Dans l’exemple suivant, nous pouvons voir une photo correctement exposée (1) où la vitesse d’obturation est plus lente que la vitesse de synchronisation maximale autorisée par l’appareil photo (Nikon D700, vitesse fixée à 1/200). La deuxième photo (2) présente le phénomène de bande noire : la vitesse d’obturation est plus courte que la vitesse de synchronisation (Nikon D700, vitesse fixée à 1/320), s’en suit l’impression d’une bande de plus en plus importante sur l’image au fur et à mesure que la vitesse d’obturation s’accélère.

Le tableau suivant liste de manière non exhaustive la vitesse maximale de synchronisation de plusieurs boîtiers récents. Certains boîtiers affichent une vitesse maximale très élevée comme le Nikon D70 (sorti en 2004) et ses 1/500e, une raison pour ne pas se séparer et son appareil photo vieillissant !

Capture d’écran 2016-01-26 à 23.54.43

SYNCHRONISATION 1ER ET 2ND RIDEAU

Lorsque l’on parle de synchro flash, il n’y a heureusement pas que des contraintes ! L’utilisation d’un flash offre de nombreuses possibilités artistiques dont le choix de la synchronisation au premier ou au second rideau.

Cette possibilité est offerte par de plus en plus de flashs de reportage (ou cobra). D’origine, l’éclair des flashs est émis au moment du déclenchement, c’est à dire au moment où le premier rideau se dévoile afin d’exposer correctement l’image. Cependant, et lorsque le flash le permet, il est possible de déclencher le flash au moment du passage du second rideau et donc, à la toute fin de l’exposition. Cela permet notamment en terme de créativité de créer de long pose d’exposition de la lumière ambiante puis de terminer en figeant un sujet grâce au déclenchement du flash au second rideau ! Les résultats peuvent vite devenir saisissants après plusieurs essais !

© Fotolia
© argentinskiy – Fotolia

SYNCHRONISATION HAUTE VITESSE (HSS)

Certains flashs cobra évolués et récents offrent une nouvelle fonctionnalité faisant un véritable pied de nez à la vitesse de synchro max, il s’agit des flashs offrant la possibilité de synchronisation haute vitesse (HSS : High Speed Sync). De quoi s’agit-il ?

Comme nous l’avons vu, il n’est pas possible de dépasser une certaine vitesse d’obturation du fait d’un passage trop rapide des rideaux devant le capteur. Cependant, de nouveaux flashs permettent de s’en affranchir en déclenchant une série d’éclairs extrêmement rapides tout au long du passage des rideaux devant le capteur. Ainsi, celui-ci se retrouve “arrosé” le temps de l’exposition et l’effet de bande noire disparait !

Bien sûr, le coup d’une telle technique à un prix, les éclairs sont de faible intensité et l’énergie fournie par les piles diminue très rapidement. Mais ne boudons pas notre plaisir, cela reste tout de même un excellent outil lorsque le dépassement de la limite de synchro flash est nécessaire (pour “tuer” la lumière ambiante en extérieur par exemple).

Nikon SB-5000 AF Speedlight
Nikon SB-5000 AF Speedlight

 

Par Antoine Willeys

AntoineWÀ 15 ans, il découvre la photographie puis Photoshop. Rapidement, il trouve ses marques et propose ses services aux modèles et artistes de sa région lilloise. Il vit dans l’Est et travaille comme photographe et retoucheur autodidacte. Revendiquant une photographie créative,
il définit son travail comme un mix parfait entre la photo et la retouche numérique. Toujours à la recherche de nouvelles techniques, il aimerait se diriger vers la photographie de publicité.

2 thoughts on “Comprendre la vitesse et synchro flash

  1. Merci pour cet article qui donne de précieuses indications sur le fonctionnement d’un flash.
    Donc j’ai voulu faire des tests : un flash intégré sur Canon 100D et un flash cobra sur Canon 5d Mark3 et Canon 100D. Avec le flash intégré, le boîtier bloque les vitesses au-delà de la vitesse de synchro (1/200s). Avec le flash cobra, aucun problème si j’utilise des vitesses au-delà de la vitesse de synchro (par exemple 1/4000s), c’est-à-dire pas de banding.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONTENU ILLICITE Vous pouvez à tout moment nous signaler un contenu illicite en envoyant un email ici.