Arles, Mélanie Bellue, et la photographie

Les rencontres d’Arles se sont imposées comme l’un des événements majeurs lié à la photographie en France. Cette année, Mélanie Bellue, artiste vidéaste et créatrice de la galerie Lhoste Art Contemporain, y présente une exposition, intitulée Nothing But Blue Skies.

Screen Shot 2016-06-23 at 07.46.30-1

 

Les rencontres d’Arles se tiendront du 4 juillet au 25 septembre. Cette année encore elles sont placées sous la direction de Sam Stourdzé. Avant de prendre le contrôle de cet événement photographique, il a eu plusieurs vies. Celle de pensionnaire à la Villa Médicis, celle de rédacteur en chef du magazine Else, ainsi que celle de directeur de l’Elysée de Lausanne en Suisse. Pour cette 47e édition, il a choisit de monter une exposition avec Mélanie Bellue, intitulée Nothing But Blue Skies.

Le titre de l’exposition fait référence à une vieille chanson américaine, écrite par Irving Berlin en 1926. Comme son nom l’indique, elle parle d’un jour de ciel bleu, où la vie semblait si parfaite. Nothing But Blue Skies réunit 18 artistes qui signent 16 oeuvres. Toutes viennent questionner le traitement visuel qu’a entouré le 11 septembre 2001. Parmi les artistes réunis dans cette exposition : Guillaume Chamahian Breaking News, Jojakim Cortis et Adrian Sonderegger Making of «9/11», Joan Fontcuberta Googlegrama 04, 11 SNY, Thomas Hirschhorn High-Subjecter, Michal Kosakowski Just like the movies.

Breaking-News-image-de-com-copie
Breaking News de Guillaume Chamahian

De son côté, la co-commissaire de cette exposition, Mélanie Bellue, tient sa propre galerie. Lhoste Art Contemporain. Après un parcours atypique durant lequel elle a effectué des études de communication avant de se rediriger vers l’Histoire de l’art, et après des voyages en Angleterre, et aux Etats-Unis à Miami, elle décide de créer une galerie sur Arles. Cet été, Lhoste Art Contemporain accueillera EgoTour. Il s’agit d’un projet de Julien Lombardi concernant les pratiques photographiques sur les sites touristiques. Le photographe explique que : « Au cours de mes voyages, j’ai pu constater de profonds changements dans les pratiques photographiques notamment sur les sites touristiques. Peu à peu, la recherche du meilleur angle de vue pour prendre le cliché idéal – comme sur la carte postale mais avec les gens en plus – s’est avérée plus ennuyeuse et l’appareil a fait volte-face. Aujourd’hui, il n’est finalement question de montrer qu’une seule chose : j’y étais ! (…) »

LOMBARDI Com WEB 1-1

Lhost Art Contemporain

LHOSTE_arles_mail_01-1

7, rue de l’Hoste

13200 Arles

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *