ITW // Jean-Marie Boyer

Passionné de photo, Jean-Marie Boyer nous ouvre les portes de son jardin secret…

Depuis combien de temps faites-vous de la photo et quel est votre parcours ?

J’ai commencé à faire de la photo à l’époque de l’argentique, en 1960 avec mon premier appareil photo Kodak Retinette 1b. Par passion pour la photographie, j’ai pris des cours, suivi des stages, des formations, appris à développer les photos en noir et blanc et en couleurs, et participé à divers concours. Le passage à la photographie numérique a non seulement transformé la technique photographique mais également le sac de voyage du photographe : fini les 40 pellicules à transporter ! Au fil des ans, j’ai voyagé à plusieurs reprises pour mon travail ou loisir sur divers continents : Afrique, Asie, Moyen-Orient, Amérique. Mes photos de voyage sont visibles sur ma page Flickr. J’ai également publié dans divers magazines de voyage (La maison des Indes, Géo, La maison de la Chine), etc.

Parlez-nous de votre matériel et des logiciels que vous utilisez.

Après avoir eu pratiquement tous les appareils photo argentiques (Canon FTb, A1, Eos 5, F1, etc.) je suis passé au numérique en 2003. J’ai comme boîtier actuellement un Canon 6D et un 5D mkIII, comme objectifs un zoom Canon 70-200 mm f/2,8 l USM pour les portraits et un 24-70 mm f/2,8 l et un 17-40 mm f/4 pour les paysages. Comme logiciels, j’utilise Photoshop CS6 et un petit logiciel sympa est très simple Microsoft Pro 10.

Avez-vous des projets de livres ou d’expositions ?

J’ai fait une exposition il y a quatre ans sur les femmes Meghwals une tribu située dans le Gujarat Région de Kutch (Inde). Je n’ai pas de projet d’exposition pour le moment, car je viens juste de rentrer de Bolivie donc je passe la plupart de mon temps à traiter les photos.

Pourquoi avoir choisi le Japon ? Que vous inspire ce pays ?

J’ai choisi le Japon vraiment par hasard car ce n’est pas une destination qui me tenait à cœur au départ. Mais, à ma grande surprise, après avoir mis les pieds sur le sol, ce ne fut que du bonheur. J’ai été surpris par le sourire et la gentillesse d’un peuple unique, la propreté dans les rues, la sécurité, leur cuisine (rien à voir avec les plats que l’on peut trouver en Europe), leur culture et bien sûr leurs traditions. Un autre monde, un dépaysement total.

Quelles villes conseilleriez-vous à un photographe qui vient au Japon pour la première fois ?

Tokyo : bien sûr le temple Senjo-ji, le marché aux poissons à Tsukiji, le soir les lumières de Shinjuku (un régal pour ceux qui adorent les photos de nuit) et le quartier Asakusa. J’ai adoré la petite ville de Nikko, elle ne se situe pas très loin de Tokyo. Cette petite bourgade est à voir surtout au mois d’avril avec les cerisiers (Sakura) en fleurs avec ces petites rues charmantes et bien décorées, le sanctuaire Futarasan-Jinja et le temple Rinno-ji.

Kyoto : voir absolument le magnifique pavillon d’or, le château de Nijo et bien sûr, le soir, aller dans le quartier de Gion pour apercevoir les Geishas dans les petites ruelles.

Ne pas oublier de visiter la ville moderne d’Osaka avec son château et ses fameux restaurants. Et surtout, essayez d’assister à une cérémonie du thé. Profitez-en pour aller à Nara, non loin d’Osaka, pour visiter le parc, le temple Kofuku-ji et le sanctuaire Kasuga-taisha.

Qu’aimez-vous le plus photographier au Japon ?

Ce que j’ai le plus photographié au Japon, comme dans tous les pays, ce sont les personnes (les portraits). J’aime faire la démarche, avoir ce contact permanent avec eux.

Avez-vous prévu d’y retourner bientôt ?

Malheureusement, la première fois je ne suis pas resté assez longtemps pour pouvoir visiter d’autres endroits comme Miyajima, Kumamoto, etc. Mais normalement, il est prévu que je retourne au Japon fin mars 2018 pour un peu plus longtemps cette fois-ci avec un arrêt en Corée du Sud.

Quelles sont vos influences en matière de photographie ?

Sebastião Salgado pour ses photos en noir et blanc sur l’Afrique. Nicolas Guérin pour ses magnifiques portraits. Patrick Demarchelier pour ses photos de mode. Eric Lafforgue pour ses photos des tribus d’Afrique.

Vivez-vous de la photo ?

Non, la photographie a toujours été un hobby en dehors de mon travail dans les BTP.

Quels sont les autres sujets à part le Japon qui vous inspirent pour la photo ?

Maintenant, je suis à la retraite et je fais de la photo que pour mon plaisir. J’adore faire des shootings de mode (je profite de la fashion week à Paris) et également faire des photos de Cosplays mangas que malheureusement je n’ai pas pu faire à Tokyo faute de temps (des photos de Cosplays sont visibles sur mon site www.flickr.com/photos/jmboyer/albums/72157625982324752).

www.flickr.com/photos/jmboyer/albums

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *