Interview Disconnect // Arnaud Montagard

Spécialisé en street photographie, Arnaud Montagard a relevé le défi de s’isoler pendant une semaine en plein forêt canadienne pour documenter le quotidien de deux chasseurs. Il a répondu à quelques questions sur son parcours et son expérience Disconnect de Fotolia by Adobe.

Pourrais-tu te présenter et nous dire quels mots te définissent le mieux ?

Jeune photographe autodidacte, décidé de faire de sa passion son métier. En trois mots : curieux, observateur et rêveur.

arnaudmontagardFotoliaDisconnect

 

Dis-nous-en plus sur ton parcours et ta carrière !

J’ai commencé la photographie en même temps que le graffiti, vers 15 ans, pour documenter le street art, ce qui a très vite évolué vers une autre forme de photographie : la street photography. Après le bac je me suis lancé dans une école de commerce, et après avoir obtenu un Master en Marketing digital je suis parti vivre à New York. À mon retour en France, j’ai débuté une carrière de photographe professionnel.

 

Comment définirais-tu ton style ?

Des regards d’inconnus pris sur le vif, dans la rue. Je suis toujours très proche de mes sujets et je n’utilise pas de zoom. Ma photographie est centrée sur l’humain dans un cadre cinématographique. Le portrait sur la photo représente une petite part du cadrage, j’essaie de créer une ambiance avec l’environnement externe qui entoure la personne, par le biais des néons, des personnes qui entourent le sujet, etc.

 

Quelles sont tes influences et sources d’inspiration ?

Tous les grands street photographers : Garry Winogrand, Saul Leiter, Martine Barrat, William Klein, Cartier Bresson et j’admire tout particulièrement le style de Stephen Shore et William Eggleston.

 

Pour toi, quelles sont les qualités essentielles d’un photographe ?

Être observateur et dévoué. Cela implique d’être prêt à consacrer un maximum de temps à son projet photo, comme par exemple marcher toute une journée sans prendre la moindre photo car tous les éléments (cadre, personnages) n’étaient pas réunis pour composer la photo que l’on voulait faire…

 

Quels sont tes projets ?

Je souhaite repartir vivre à New York pour y développer mon style et continuer ma « carrière » là-bas. C’est une ville que je trouve très inspirante. Je trouve que la population dans cette ville est beaucoup plus excentrique qu’en France. Et les gens te poussent à réaliser tes projets perso et n’hésitent pas à s’intéresser à ce que tu fais (il m’est souvent arrivé que l’on m’interpelle dans la rue car j’avais mon appareil dans la main, pour en savoir un peu plus sur ce que je cherchais à photographier). Je trouve aussi que c’est une ville très photogénique. Bref, j’aime beaucoup l’ambiance qui règne là-bas.

 

Pourquoi as-tu rejoint le projet Disconnect ?

Se plonger au cœur d’un sujet pendant une dizaine de jours 24h/24 est différent de ce que j’ai l’habitude de faire dans mon travail. Ce projet est une immersion totale dans l’univers de personnes qui ont un style de vie très différent du mien.

 

Quelle place joue le « storytelling » dans la photo selon toi ?

Pour ce projet, le storytelling est très important. J’ai réalisé une série de photos qui se rapproche du documentaire, où tout est lié. Dans mon travail personnel, le storytelling n’est pas toujours présent, j’essaie plutôt de créer des ambiances qui laisseront le spectateur se plonger dans l’action et imaginer l’histoire.

6disconnectmontagardFotoliaDisconnect

 

Quels sont les messages, émotions ou idées que tu as essayé de transmettre ? Et qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

J’ai souhaité montrer les sentiments que l’on peut ressentir en se mettant dans la peau de ces chasseurs. Le silence dans la forêt, la tension qui monte au premier bruit. J’ai également voulu montrer les coulisses de la chasse, leur domicile, etc.

13disconnectmontagardFotoliaDisconnect

 

Ton milieu et la culture de ton pays t’influencent-ils ? 

Les photographes de mon pays que j’admire m’inspirent énormément, mais je n’arrive pas à trouver l’inspiration en France. J’ai besoin d’un environnement qui me sorte du quotidien.

 

Pourquoi as-tu choisi le Canada ? 

Je trouvais que c’était un très bon pays pour le thème #Disconnect ; des forêts à perte de vue, et un sujet très intéressant. C’était aussi l’un des meilleurs moments pour être au Canada, les couleurs de l’automne donnent une ambiance très particulière aux photos.

27disconnectmontagardFotoliaDisconnect

 

De quelle manière le Canada t’a t-il inspiré pour tes créations ?

L’ouverture d’esprit des canadiens pousse à aller à leur rencontre. J’ai également beaucoup aimé la philosophie de vie de ces chasseurs. Certes, ils chassent, mais ne mangent que la viande qu’ils auront chassée. De plus, ils ne vivent pas toute l’année déconnectés du monde, mais ressentent le besoin de s’évader de la dynamique des grandes villes de temps en temps.

 

Que t’a apporté cette expérience ?

Tout d’abord, à peine revenu j’ai ressenti le besoin de vivre une nouvelle expérience comme celle-ci. Je me suis aussi rendu compte qu’avec le temps on oublie vite tous les objets 2.0 qui nous permettent de rester connecté à notre famille, amis, etc. J’ai beaucoup apprécié la philosophie de vie des gens que nous avons suivis tout au long de ce voyage. Ces hommes qui ressentent le besoin de se déconnecter pendant deux à trois mois, puis qui reviennent à leur vie quotidienne dans une grande ville.

22disconnectmontagardFotoliaDisconnect

 

As-tu dû faire face à des contraintes particulières ?

Oui, ce n’était pas facile de suivre et photographier des chasseurs. La chasse ne nécessite aucun bruit et le simple fait de déclencher l’obturateur pouvait faire fuir les animaux. J’ai préféré m’abstenir de photographier certains moments plutôt que de les déranger.

 

Quel serait ton conseil pour de futurs photographes professionnels qui voudraient vivre cette expérience ?

Se plonger au cœur de l’action dès le début et jouer le jeu, apprendre à vivre de la même manière que les personnes rencontrées. Cela implique souvent de laisser tomber Internet et le téléphone !

 

Quel est le matériel que tu préfères ou dont tu as besoin ?

J’utilise principalement Adobe Lightroom, et Photoshop pour retoucher. Matériel photo : 5D Mark 3 principalement avec un objectif 35mm

14disconnectmontagardFotoliaDisconnect

 

Pourrais-tu décrire ta méthode de travail en quelques mots ?

Je ne pense pas être le photographe le plus organisé ! Généralement, après une journée de photos je ne sais pas quelles photos m’intéressent et avant de tout regarder je me précipite sur ces images afin d’y ajuster ma colorimétrie.

 

Crédits photo : Arnaud Montagard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *