Interview Adobe Stock // Tobias Hägg

Découvrez les superbes images d’un photographe et de son drone.

Black Beach Adobe Stock
Plage noire de Reynisfjara © Tobias Hägg – Adobe Stock

 

Tobias Hägg est un photographe autodidacte, contributeur d’Adobe Stock Premium, qui réalise de fascinantes photos aériennes, l’une des tendances visuelles de 2017 révélées par Adobe Stock. Cet artiste s’est lancé dans la photographie par drone il y a trois ans et s’est rapidement classé parmi les meilleurs dans son domaine, avec plus de 100 000 abonnés sur Instagram. Il a également attiré l’attention de plusieurs marques et a été nommé ambassadeur de Fjällräven, une entreprise spécialisée dans les activités de plein air.

Ses photos, allant d’un bateau perdu dans l’immensité de l’océan, à des vues panoramiques de forêts couvertes de neige, donnent une impression de sérénité, tout en exhortant le public à s’interroger sur son appartenance au monde et sur la place qu’il y occupe.

 

Tobias, d’où vient ton intérêt pour le drone ?

Cela m’est venu de la possibilité qu’il offre de réaliser des prises de vue sous un angle totalement inédit. Plus jeune, je me demandais comment les choses apparaîtraient, vues d’en haut, en plongée. Lorsque l’usage des drones s’est démocratisé, j’ai pu concrétiser mon rêve d’enfant.

 

Tu es fasciné par l’Islande. Pourquoi ?

J’ai toujours voulu y aller, et ce, depuis mon plus jeune âge. Je voulais notamment fouler ses plages de sable noir. Depuis que j’ai fait l’acquisition d’un drone, je rêvais de faire ces prises de vue. C’était la seule chose que je voulais photographier.

 

Tobias Hägg – Adobe Stock
Kite surf dans les îles Lofoten © Tobias Hägg – Adobe Stock

 

As-tu rencontré des difficultés particulières pour faire tes photos en Islande ?

Lorsque je me suis finalement rendu sur les plages de basalte noir d’Islande, la météo ne m’était pas du tout favorable. Pour un photographe paysagiste, la patience est non seulement une vertu, mais une nécessité. Après des heures d’attente, alors que le soleil allait se coucher, une trouée s’est ouverte dans les nuages et un rayon de lumière est descendu sur la mer.

Malgré les conditions d’éclairage loin d’être idéales ce jour-là, je garde le souvenir de vagues « parfaites ». En s’écrasant lourdement sur le rivage, elles faisaient naître une écume et des couleurs qui ont ajouté des éléments de texture essentiels à mes photos.

 

Explique-nous comment tu travailles avec ton drone.

Pour être sûr de prendre exactement la photo que j’avais en tête depuis si longtemps, j’ai passé des heures à planifier les prises de vue en étudiant toutes les variables. J’utilise souvent Google Earth pour effectuer des repérages et préparer ses prises de vue. Rien ne m’avait pourtant préparé aux couleurs spectaculaires que j’allais voir. La teinte turquoise de l’eau donnait à cette île nordique des airs d’île caribéenne.

Tobias Hägg – Adobe Stock
Canyon islandais © Tobias Hägg – Adobe Stock

 

Qu’est-ce qui est le plus important dans la photographie aérienne avec un drone ?

Le positionnement de l’appareil est la chose la plus difficile à maîtriser dans la photographie par drone : il faut trouver l’altitude et la position qui conviennent. En général, je ne le fais pas voler trop loin, ce qui me permet de mieux contrôler la zone. Je fais ça depuis que j’ai vu son drone s’écraser dans un lac en plein hiver et que j’ai été obligé de me jeter à l’eau pour le récupérer. Travail de planification et pilotage précis, voilà les clés pour réussir des photos aériennes.

 

Tobias Hägg – Adobe Stock
Littoral islandais © Tobias Hägg – Adobe Stock

 

Retrouvez le portfolio de Tobias Hägg sur Adobe Stock : https://stock.adobe.com/fr/contributor/206664223/tobias

 

Propos recueillis par Stéphanie Janel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *