Interview : Alexandre Zveiger

Depuis qu’il s’est tourné vers la photo d’architecture, Alexandre Zveiger n’en démord pas. Pour les lecteurs de Digital Photo, il évoque sa pratique.

Portrait_A_Zweiger

Alexandre Zveiger

Alexandre s’est formé à la photographie en autodidacte. Il a démarré sa carrière au laboratoire De Stefanis, à Milan, et a assisté divers photographes en tant que freelance avant d’ouvrir son propre studio à Lugano (Suisse), en 1993. Au fil des années, il a fait de la photo d’architecture une spécialité. Il collabore avec plusieurs banques d’images, dont Fotolia, depuis plus de 8 ans.

Vous vous consacriez surtout au portrait au début de votre carrière. Comment en êtes-vous venu à l’architecture ?

Il y a environ 7 ans, j’ai réalisé quelques photos d’architecture pour un ami. Je les ai mises sur une banque d’images en ligne qui m’a envoyé un message personnel pour m’encourager à produire davantage de matériel de ce type. J’ai suivi son conseil. Comme je vis à Lugano, où il y a une université d’architecture et beaucoup d’architecture moderne, j’ai rapidement multiplié les contacts. J’ai commencé à photographier les maisons et constaté que cela fonctionnait beaucoup mieux que les portraits.

 

Est-il nécessaire d’avoir de bonnes connaissances en architecture pour réussir ce type de cliché ?

D’une certaine manière, oui. Plus j’avance dans le temps, plus j’échange avec des architectes et plus je m’améliore. Les prises de vue frontales sont, entre autres, très appréciées. Il existe aussi des astuces de base qui permettent de mieux lire l’architecture. La lumière est primordiale, par exemple. Capturer une paroi complètement à l’ombre et l’autre en plein soleil fonctionne presque systématiquement. La lumière doit toujours couper des parois et créer des ombres.

 

Comment préparez-vous vos prises de vue ?

Quand je fais des photos pour des architectes, je visite les lieux avec eux avant, pour faire des repérages et connaître les particularités de leur projet. Sur Fotolia, en revanche, l’espace prime sur l’objet d’architecture. Les images qui se vendent le mieux sont les maisons monofamiliales avec beaucoup de vitres, une piscine, un jardin et une vue.

 

Avec quel équipement travaillez-vous ?

J’utilise un Canon EOS 5D Mark II, avec un objectif 16-35 mm et un 24 mm décentrable. Le trépied s’impose : en intérieur, je fais toujours de longues poses et, pour une photo avec des intérieurs et des extérieurs, je capture toujours 3 ou 6 expositions différentes pour la même image afin de les assembler par la suite.

 

Quels conseils donneriez-vous aux photographes qui, comme vous, souhaitent collaborer avec des banques d’images telles que Fotolia ?

Au départ, c’est très frustrant, car on peu mettre des mois, voire des années, avant de recevoir son premier chèque. Plus le temps passe et plus le niveau monte. Il faut donc se montrer très professionnel. À mon sens, il est également important d’être régulier. Mieux vaut mettre 10 photos chaque semaine que 40 photos une fois par mois, par exemple. Il faut s’investir beaucoup. En ce qui me concerne, je travaille tous les jours pour Fotolia.

 

Interview réalisée en partenariat avec Fotolia. Propos recueillis par Émilie Gouband.

 

beautiful modern house in cement, interior, bathroom
Intérieur de maison monofamiliale au Tessin. Quand on va dans cette salle de bains, on peut discuter tranquillement avec celui qui est dans la baignoire. © Alexandre Zveiger – Fotolia

 

Détail d’escalier harmonieux de maison monofamiliale. Architecte : Matteo Chiosi © Alexandre Zveiger – Fotolia
Détail d’escalier harmonieux de maison monofamiliale. Architecte : Matteo Chiosi
© Alexandre Zveiger – Fotolia

 

Intérieur du loft Palazzo Cicala, à Gênes. Il est possible de le louer pour quelques jours. Quand le photographe l’a vu, il est tombé amoureux. © Alexandre Zveiger – Fotolia
Intérieur du loft Palazzo Cicala, à Gênes. Il est possible de le louer pour quelques jours. Quand le photographe l’a vu, il est tombé amoureux.
© Alexandre Zveiger – Fotolia

 

Maison de luxe en vente avec vue sur le lac Majeur à 180 degrés. Alexandre s’est repenti de ne pas avoir essayé la piscine. © Alexandre Zveiger – Fotolia
Maison de luxe en vente avec vue sur le lac Majeur à 180 degrés. Alexandre s’est repenti de ne pas avoir essayé la piscine.
© Alexandre Zveiger – Fotolia

 

Chambre à coucher sexy. Depuis le lit, la vue donne sur une vallée avec, au fond, la ville et le lac. © Alexandre Zveiger – Fotolia
Chambre à coucher sexy. Depuis le lit, la vue donne sur une vallée avec, au fond, la ville et le lac.
© Alexandre Zveiger – Fotolia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *